École Préparatoire de Musique UQAM Fin 26 Juin 201

Quand les mercis prennent vie !

Quand les mercis prennent vie !
samedi 06 décembre, 2014

 

MERCI. N’est-ce pas l’un des plus beaux mots de la langue française ? Si simple, mais pourtant porteur d’un sens précieux : l’appréciation et la gratitude. Des recherches, de plus en plus nombreuses, laissent entendre que la gratitude serait la clé du bonheur et du bien-être, tant physique que psychologique ou, du moins, l’un de leurs ingrédients les plus essentiels. À la lumière de cette révélation, il semble primordial d’inculquer la gratitude à nos enfants, et de faire en sorte qu’elle soit au rendez-vous quotidiennement.

 

Comment y arriver ? Cet article, après avoir défini le concept de gratitude et les nombreux bienfaits de sa pratique régulière, vous fournira plusieurs pistes amusantes à appliquer en famille. Qui plus est, ces méthodes sont faciles à mettre en place. Je sais : vous m’en remerciez… ;-)

 

 

La gratitude : éléments clés

 

Vous avez sûrement déjà effectué des sermons du type : « Dis s’il-vous-plaît-merci », et peut-être sont-ils encore à votre programme éducatif, car parentalité se conjugue en tout temps avec répétition. Cela dit, les mots que vous exhortez votre enfant à prononcer ont-ils du sens pour lui ? Tous les mercis ne sont pas sincères… et vous en avez sûrement déjà formulés pour la simple forme, par exemple en recevant un appareil ménager pour la fête des Mères alors que c’est un massage ou une entrée au spa dont vous auriez vraiment eu envie (ou mieux, une semaine sans la moindre responsabilité, mais vous pouvez toujours espérer les miracles).

 

En fait, pour qu’un merci soit senti, il faut que la personne qui l’émet reconnaisse d’abord et avant tout qu’elle a obtenu quelque chose qui ne lui est pas dû (que ce soit d’ordre matériel ou relationnel) et que ce quelque chose provient d’une source extérieure (les gens, la vie…). Ainsi, l’expression de tels « mercis » aura des impacts favorables et durables sur celui qui les prononce.

 

 

Merci pour les portes de salle de bain qui se verrouillent…

 


 

 

Les effets d’un « vrai » merci

 

Si une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours, un merci par jour, lui aussi, éloigne autant la maladie, en plus de chasser les idées noires. La liste des impacts positifs de la gratitude est éloquente. Toutes les études[1] soulignent ses apports à la santé tant physique que mentale. En effet, la gratitude diminue le stress et incite les gens à mieux prendre soin des autres, mais aussi d’eux-mêmes, ce qui rend la vie plus agréable.

 

De plus, ceux qui pratiquent la gratitude se sentent mieux dans leur esprit. Ils sont plus optimistes, enthousiastes et altruistes. En outre, les gens raffinent leur sens de l’observation et cernent de plus en plus aisément les petits bonheurs du quotidien. Ainsi, plus ils apprécient et plus ils augmentent leur capacité d’appréciation. Mieux encore, plus ils apprécient, plus ils deviennent des gens appréciés. C’est un cercle vertueux de satisfaction dans lequel, apparemment, Mick Jagger n’est pas tombé (du moins, pas dans les années 70 ; je l’en remercie toutefois, puisque j’adore la chanson (I can’t get no) Satisfaction).

 

Dans un autre ordre d’idée, à une échelle plus sociétale, la pratique de la gratitude semble un antidote de choix pour contrer la société matérialiste et l’élan de surconsommation qui sévissent. Après tout, dire merci, c’est savoir apprécier ce que l’on a déjà, et non en vouloir toujours plus.

 

 

Merci pour les grasses matinées de parents (c’est-à-dire pour les matins où on sort du lit passé 8 h)

 


 

La gratitude en pratique

 

Mais comment inculquer une telle valeur à nos chérubins ? Évidemment, vous êtes un modèle. Cela dit, vous pouvez pratiquer la gratitude avec vos enfants, par des gestes simples et routiniers. Personnellement, ma méthode favorite est celle des « bonbons ». N’ayez crainte, je ne gave pas mes enfants de sucreries en espérant qu’ils me remercient. Non ! En fait, le soir, juste avant le coucher, je leur demande toujours quels sont leurs bonbons de la journée. Comme mes filles adorent le sucre, ce mot s’est imposé de lui-même (mais on pourrait aussi parler des « bon – bon », si vous préférez axer le tout sur le « bon » côté de la vie).

 

À ce moment, mes enfants me racontent simplement ce pour quoi elles disent merci : gens, activités, objets… Toutes les réponses sont possibles. Le plus drôle, c’est que les bonbons de la journée font souvent partie… des bonbons de la journée ! C’est un moment que mes filles apprécient beaucoup. D’ailleurs, n’hésitez pas à le pratiquer avec votre conjoint, juste avant de vous endormir dans ses bras ou de lui tourner le dos parce qu’il bouge trop (dites quand même merci, après tout, il est avec vous au lit !)

 

Sachez toutefois que la littérature scientifique laisse présager que la liste de gratitude a davantage de poids si elle est effectuée par écrit, par exemple dans un journal de gratitude, et ce, même si elle ne comporte que trois éléments. Une amie à qui j’avais proposé cet exercice le fait avec grande discipline depuis plus d’un an et m’a assurée que cela a vraiment changé sa vie. D’ailleurs, je remarque la facilité avec laquelle elle exprime son appréciation aussi à l’oral depuis qu’elle a entamé ce processus.

 

Ceux dont la plume est loquace aimeront l’idée de la lettre (ou du courriel) de merci. En fait, vous pourriez adresser une lettre de mercis à la vie, une fois par année ou même plus. Une lettre à n’importe qui gravitant autour de vous (pourquoi ne pas procéder à une pige, pour voir ce que le hasard suggère) fera la journée de son récipiendaire. Rédigez ces lettres en famille, ou aidez votre enfant à concevoir la sienne, s’il est encore petit. N’oubliez pas que vos enfants seraient sûrement ravis de recevoir une telle lettre de votre main. Après tout, nous leur demandons souvent de nous remercier, mais ils méritent, eux aussi, qu’on leur rende la pareille.

 

Il existe évidemment des façons plus simples de remercier notre progéniture : un post-it collé sur la porte de chambre, un petit papier glissé dans la boîte à lunch ou dans les souliers. Voilà autant de façon de mettre un sourire sur les visages.

 

Les repas constituent d’excellentes périodes pour les mercis de groupe. Si la tradition du bénédicité s’est évanouie, le merci garde sa place dans toutes les maisons, toutes religions confondues. Demandez à un enfant de dire le merci de la journée avant de prendre la première bouchée, ou laissez-les s’exprimer à tour de rôle pendant qu’ils savourent leurs victuailles (évidemment, ça dépend de celui qui a cuisiné… mais merci pour l’effort !). Si ce type de pratique vous apparaît redondant, instaurez au minimum le « Vendredi merci » et mettez la gratitude au menu, une fois par semaine.

 

Les plus créatifs aimeront le « pot à merci ». Fournissez un petit pot transparent, une boîte ou un coffre à vos enfants, qu’ils peuvent décorer à leur guise. Ce contenant deviendra le pot à merci. Chaque soir, sur un bout de papier, ils pourront y noter un élément pour lequel ils souhaitent exprimer leur gratitude. Ils n’auront qu’à le plier et à le déposer dans le pot. À la fin de l’année ou du mois, laissez vos enfants piger quelques-uns de ces éléments pour se remémorer à quel point ils sont choyés. Vous pourriez aussi évidemment utiliser un cartable ou un petit cahier créatif pour y coller vos mercis…

 

 

Merci pour les compliments reçus… à l’égard de nos enfants !


 

Facile, mais avec du temps et de la constance !

 

Au début, vous remarquerez peut-être que vos enfants peinent à trouver des réponses, ou qu’ils racontent toujours la même chose. Ce n’est pas grave. Si vous lisiez mes plus anciennes tentatives de gratitude, vous penseriez que je ne passais mes journées qu’à manger (et pire que ça, à ne manger que des chips !). En fait, pour être honnête, il y a quelques années, j’éprouvais un sentiment quasi chronique d’insatisfaction qui a disparu avec l’entrée de la gratitude dans ma vie. D’où l’importance de persévérer, même si cela signifie « répéter ». Pour vous aider à vous lancer, je vous ai proposé quelques mercis à travers les paragraphes de cet article. Je vous les offre : tous les mercis, petits, ridicules ou grandioses, méritent d’être mentionnés, et même répétés !

 

En fait, le concept de répétition est souvent apprécié des enfants. Ma plus jeune se fait un devoir de toujours nommer les mêmes éléments de départ dans sa liste de bonbons. Elle a l’amabilité de me nommer en premier lieu sur sa liste – je crois qu’elle pense qu’elle aura ainsi un plus gros cadeau à sa fête… ;-) Elle énonce ensuite divers éléments de son petit sanctuaire (son lit, ses draps, sa grosse couverture, sa chambre en tant que telle). Elle cible les autres membres de la famille (mais elle se permet ici quelques variations d’ordre, et il lui arrive de ne pas nommer tout le monde, car ce qu’elle avance est sincère), puis termine par les éléments spécifiques au déroulement de la journée. L’exercice l’amuse beaucoup et parfois, elle me demande de formuler le début de la liste à sa place, puisque je la sais par cœur. Ça la fait bien rire…

 

 

Merci pour tous les livres de la Terre : pour leur amitié précieuse et constante et pour les merveilleux moments de famille qu’ils créent…

 


 

 

 

 

Conclusion

 

Dire merci, ça s’apprend, mais surtout, ça se vit. Vous ne regretterez jamais d’avoir introduit un rituel de gratitude au sein de votre famille. Dans nos vies occupées et bien (trop) remplies, je suis convaincue qu’il s’agit d’une action prioritaire. Et lorsque ce sera bien acquis, invitez vos enfants à dire merci au suivant… Pour chaque merci reçu, dites-en autant à autrui. Et, à votre manière, vous ferez de ce monde un monde meilleur, un merci à la fois !

 

_________________________________

 

 

Anik Lessard Routhier

Maman, enseignante et auteure

www.hommesaparier.com

 


[1] Lisez l’excellent livre de Mike Robbins, Le Pouvoir de la gratitude, pour en savoir plus.







Nous joindre

Montréal pour Enfants
4141, rue Sherbrooke Ouest bureau 650
Montréal, Québec
H3Z 1B8
Tél.: (514) 637-6018
Téléc.: 1 888 790-9764



© 2017 Montreal Pour Enfants Tous droits réservé. Conception web par Vortex Solution.    Plan du site  |   Imprimer
Joignant des milliers de parents à chaque publication, notre magazine est sans rival. Nos 30 000 copies sont distribuées gratuitement dans un grand nombre de garderies, écoles primaires et académies, bibliothèques publiques, centres communautaires, librairies, hôpitaux pour enfants, centres prénatals, boutiques pour enfants, ainsi qu'au Biodôme de Montréal, au Jardin Botanique de Montréal, aux magasins IKEA, Toys "R" us et plus encore. Montréal pour Enfants est un soutien indispensable pour les parents; en leur offrant des articles écrits par des professionnels sur la santé, l'éducation, l'alimentation et le développement de l'enfant, en les informant sur les activités culturelles, sportives et éducatives que Montréal et ses banlieues ont à offrir aux familles. Montréal pour Enfants est une méthode très efficace pour les annonceurs de rejoindre le marché familial de Montréal, Laval et la Rive-Sud.