Fairmont Frontenac Fin 30 Mars 2017

À bout de souffle ? Comment respirer en famille…

mardi 10 décembre, 2013

 

On dit que le stress est le mal du siècle. Est-ce le cas aussi bien chez les enfants que chez les adultes ? Comme une belle-mère contrôlante, il s’est incrusté dans bien des logis. Comment y réagissent les enfants ? L’entrée à l’école apporte, par exemple, son lot de stress relié à la performance, à la gestion des relations humaines (et même virtuelles !) et au rythme de vie souvent effréné des familles modernes. Dans ce contexte, que faire pour combattre ce fléau ? Déménager sur une île déserte ? Disposer d’un psy de service à la maison ? Saupoudrer chaque repas familial d’oméga-3 ? Il existe une solution beaucoup plus pratique, accessible en tout temps, et qui plus est, gratuite et non taxable : RESPIRER en famille.

 

Malgré une exécution d’une simplicité déconcertante, il vous faudra tout de même une certaine dose de volonté pour l’intégrer à votre routine. En effet, si les petits pas semblent les plus aisés à effectuer, ils apparaissent tout aussi faciles à omettre. Voilà pourquoi je vous proposerai, dans cet article, quelques idées pour intégrer la respiration et la méditation à votre quotidien familial, avec un minimum d’efforts et un maximum de résultats.

 

Des bénéfices importants

Anthony Robbins, auteur et conférencier reconnu, stipule que pour agir, il faut un POURQUOI assez fort. Ainsi, si vous possédez suffisamment de raisons de passer à l’action, vous le ferez sans heurt. Ma mission est donc de vous expliquer pourquoi il est bénéfique de pratiquer de cinq à dix minutes de respiration chaque jour avec vos enfants.

 

En plus de constituer la meilleure arme contre le stress, les exercices respiratoires et méditatifs apportent un calme et un bien-être immédiat qui tend à se généraliser chez ceux qui les pratiquent régulièrement. Par ailleurs, ce type d’exercice amène un meilleur contrôle des émotions, tout en améliorant le système immunitaire. La méditation favorise également le développement de la pleine conscience ou, si vous préférez, de l’aptitude à vivre le moment présent. Vous deviendrez donc un parent plus attentif à ses enfants et plus apte à profiter des petits bonheurs de la vie. La liste des bienfaits pourrait s’allonger quasi indéfiniment.

 

Avez-vous déjà imaginé ce que vous seriez aujourd’hui si vos parents vous avaient incité à prendre le temps de respirer, et ce, dès votre plus jeune âge ? Je parie que votre vie en serait assurément plus agréable et moins stressante. Offrir à votre progéniture un outil précieux pour combattre et gérer le stress et se sentir mieux dans sa peau, n’est-ce pas là un cadeau inestimable ?

 

Respirer ou méditer : on compare ?

Vous savez très bien ce que c’est que respirer. Si une respiration plus profonde (de type abdominal) fait déjà la différence, méditer se situe une coche au-dessus. En fait, lors de la méditation, vous vous concentrez habituellement sur un élément de votre choix. Ce peut être un mouvement (comme le mouvement respiratoire, justement) ou encore un son (le fameux A-OM), un mot, une phrase ou une image. Cette concentration n’empêche pas un certain flux d’idées de traverser votre esprit, mais l’objectif est de les laisser filer sans y porter trop d’attention puis de reporter votre concentration sur l’élément choisi. Facile à dire, je sais ! Persévérez : cela s’améliore avec le temps, d’où l’importance d’orienter d’abord sa pratique sur le seul fait de respirer, sans faire tout un plat des nombreuses pensées qui se bousculent dans votre esprit. L’état méditatif viendra avec l’exercice. Demeurez indulgents à votre égard et à celui de vos enfants : ne faites que respirer pour commencer, c’est déjà un pas dans la bonne direction !

 

Moments propices

L’acquisition d’une habitude est favorisée par son intégration à la routine. Ainsi, choisissez un moment précis et régulier pour respirer en famille. Plusieurs possibilités s’offrent à vous. L’heure du coucher peut sembler la plus pertinente. Une petite séance de respiration aura alors pour effet de fortifier votre lien affectif avec votre enfant. Installés confortablement dans le lit, vous pouvez vous étendre avec lui pour respirer tranquillement. Ce moment de paix favorisera d’ailleurs un sommeil de qualité, la respiration permettant, entre autres, de vider l’esprit des préoccupations de la journée.

 

Le retour de l’école peut constituer un second moment charnière pour la pratique de la respiration. Ayant cumulé une certaine dose de stress pendant la journée et le trajet du retour, parents et enfants commencent la soirée dans un état plus ou moins détendu. Et si vous preniez cinq minutes dès votre arrivée pour vous asseoir avec votre enfant avant de faire quoi que ce soit d’autre ? Après tout, le souper et les devoirs peuvent bien attendre 300 secondes, non ? Cette relaxation servira de transition utile pour se débarrasser des polluants extérieurs (autrement dit, pour laisser le travail au travail ou l’école à l’école). De plus, cette pause fera comprendre à votre enfant que vous lui accordez de l’importance. Nul besoin de parler, il suffit de se blottir l’un près de l’autre pour respirer ensemble en créant un contact physique. Au besoin, accompagnez ce répit d’une musique douce qui deviendra le signal de la coupure entre la journée de travail et la soirée.

 

Le réveil constitue également une période propice à la respiration, ce qui permettra d’entamer la journée sur une note positive. J’entends plusieurs personnes s’opposer : c’est la course, le matin. Or, cette urgence matinale génère justement un stress et, bien souvent, de l’inefficacité et des conflits. Que celui qui ne s’est jamais confronté à un enfant qui refusait de se vêtir ou de déjeuner me lance la première tuque ! Afin de placer votre enfant (et vous !) dans de meilleures dispositions, la respiration matinale s’avère tout indiquée. Les résultats que vous obtiendrez en vous réveillant 5-10 minutes plus tôt vous motiveront, j’en suis certaine, à raccourcir un peu votre précieuse nuit dans les bras de Morphée – ou de tout autre fantasme ;-).

 

Si une pratique personnelle de yoga peut vous procurer de l’énergie (par exemple, la série de postures des cinq Tibétains, dont vous trouverez maintes démonstrations sur YouTube, ne requiert que 10-12 minutes par jour), imaginez si vous preniez cinq minutes pour vous asseoir dans le lit de votre enfant et respirer tranquillement au diapason ? Cela bouscule beaucoup moins que les réveils à la hâte. Si l’habitude de border nos enfants le soir est ancrée, pourquoi ne pas créer le pendant matinal ?

 

Des méthodes à tester

Respirer, c’est bien, cependant il est possible de rendre l’exercice un peu plus intéressant ou interactif. Par exemple, lorsque vous respirez avec votre enfant, déposez votre main sur son ventre et demandez-lui de faire la même chose sur vous. Vos respirations se synchroniseront éventuellement.

Vous pouvez aussi utiliser des CD de visualisation et de méditation à écouter, tout simplement. Le livre « Calme et attentif comme une grenouille », d’Eline Snel, propose justement un CD pratique pour méditer avec les enfants.

 

L’utilisation de mantras (sons) que l’on répète inlassablement peut aussi aider à méditer. Vous pourriez aussi choisir un mot positif (p. ex., paix, joie, calme) ou même une courte phrase que vous souhaitez imprégner dans le cerveau de votre enfant (p. ex., « je suis capable » ou « je suis bien »). Pour ne pas perdre le fil, l’utilisation d’un collier à billes (de type chapelet) peut permettre d’effectuer un certain nombre de répétitions sans nécessiter un décompte. Chaque fois que l’on prononce le mot ou le son, on avance ses doigts d’une bille, et ainsi de suite.

 

Par ailleurs, plusieurs applications de méditation et de respiration sont téléchargeables gratuitement pour les téléphones intelligents. Vous pouvez en trouver et les utiliser avec vos enfants. Les applications de cohérence cardiaque, par exemple, présentent une petite boule qui monte et descend (habituellement, à un intervalle de cinq secondes, mais vous pouvez l’ajuster). Vous et votre enfant n’avez qu’à inspirer lorsque la boule monte et à expirer lorsqu’elle redescend. Cela relaxe et améliore en prime les capacités de concentration.

 

Finalement, les visualisations inventées de toutes pièces, que vous pourrez raconter à vos enfants, s’avèrent aussi d’une efficacité redoutable. Avec ma plus jeune fille, une grande amatrice de sucreries, j’ai inventé l’histoire du pays des bonbons. Ainsi, elle ferme les yeux et s’imagine dans un pays rempli de bonbons. Je lui demande ensuite quels ont été ses beaux moments de la journée, puis elle visualise une gâterie à cette image, afin de savourer en pensée ses bonbons de la journée. Cet exercice basé sur la gratitude la met dans un état positif et plus nous le pratiquons, plus elle est en mesure d’augmenter le nombre de petits bonheurs remémorés dans sa journée. Nous terminons la séance par une respiration côte à côte, nos mains respectives sur le ventre de l’autre.

 

Inspirez, expirez…

Quels que soient les moments ou les méthodes choisis, l’essentiel est d’intégrer la respiration sur une base quotidienne. Depuis quelques mois, j’ai accueilli cette pratique dans mon quotidien personnel et familial. Rapidement, j’ai constaté les effets bénéfiques sur l’amélioration du bien-être et la diminution du stress des membres de ma famille, mais aussi sur la qualité de nos relations interpersonnelles. Cela fait maintenant partie de notre hygiène de vie, au même plan que manger ou dormir. Après tout, je suis d’avis que si prendre soin de son corps va de soi, prendre soin de son esprit devrait l’être tout autant.

 

Je vous mets au défi d’essayer. Je suis convaincue qu’après un certain temps, vous ne pourrez plus vous en passer.



 

Anik Lessard Routhier

Enseignante et auteure de la trilogie Hommes à parier, à paraître aux éditions Libre Expression en février 2014





Nous joindre

Montréal pour Enfants
4141, rue Sherbrooke Ouest bureau 650
Montréal, Québec
H3Z 1B8
Tél.: (514) 931-0522
Téléc.: (514) 637-6341



© 2017 Montreal Pour Enfants Tous droits réservé. Conception web par Vortex Solution.    Plan du site  |   Imprimer
Joignant des milliers de parents à chaque publication, notre magazine est sans rival. Nos 30 000 copies sont distribuées gratuitement dans un grand nombre de garderies, écoles primaires et académies, bibliothèques publiques, centres communautaires, librairies, hôpitaux pour enfants, centres prénatals, boutiques pour enfants, ainsi qu'au Biodôme de Montréal, au Jardin Botanique de Montréal, aux magasins IKEA, Toys "R" us et plus encore. Montréal pour Enfants est un soutien indispensable pour les parents; en leur offrant des articles écrits par des professionnels sur la santé, l'éducation, l'alimentation et le développement de l'enfant, en les informant sur les activités culturelles, sportives et éducatives que Montréal et ses banlieues ont à offrir aux familles. Montréal pour Enfants est une méthode très efficace pour les annonceurs de rejoindre le marché familial de Montréal, Laval et la Rive-Sud.