Bayard Fin 31 Dec 2018

Repos et action : le parfait duo estival !

Repos et action : le parfait duo estival !
jeudi 14 juin, 2018

L’été arrive ! À travers les camps de jour, activités parascolaires ou journées en garderie, nos enfants trouvent-ils le repos dont ils ont sûrement besoin ? Bénéficient-ils de vacances bien méritées ?...

Bien qu’il puisse paraître louable d’occuper et de stimuler nos petits, ces derniers nécessitent également des temps d’arrêt, des moments à ne rien faire. Comment garder un équilibre ? Voici quelques duos pouvant vous inspirer, pour la période estivale, certes, mais aussi pour le reste de l’année…

 

Obligation et proposition


Il existe deux types d’enfants : ceux qui veulent… et ceux qui ne veulent pas. Je blague un peu, mais force est de constater que certains enfants sont spontanément attirés vers les activités parascolaires, alors que d’autres y participent plutôt contre leur gré. Pour éviter cela, il apparaît logique de proposer à vos enfants des activités qui s’apparentent à leurs intérêts. Notre liste d’activités pourrait vous aider à trouver ce qu’il vous faut. Rares sont les enfants qui n’éprouveront ni curiosité ni passion émergente envers rien, et les offres sont heureusement très variées !

 

Cela dit, dans certaines situations, il peut tout de même sembler difficile de convaincre les enfants de s’adonner à une activité. Les enfants timides, par exemple, pourront ressentir de l’inconfort à l’idée d’intégrer un groupe inconnu. Les enfants peu sportifs, quant à eux, pourront rechigner à participer à des camps ou des cours plus actifs, alors que ce serait pourtant bon pour eux. Dans des cas comme ceux-ci, il peut s’avérer nécessaire d’obliger l’enfant à s’inscrire à une activité. Dans un tel contexte, félicitez fréquemment votre enfant d’être sorti de sa zone de confort. D’agréables surprises peuvent en résulter.

 

Quantité et qualité


Vous aimeriez peut-être que votre enfant soit le prochain prodige sportif ou artistique, mais il n’est tout de même pas nécessaire pour un enfant de pratiquer plusieurs activités à la fois. Choisissez peu de loisirs simultanément, mais ciblez-en qui motivent vraiment votre jeune. Laissez-le explorer, et pensez à des avenues qui ne vous viendraient peut-être pas spontanément en tête (encore une fois, notre répertoire peut vous aider). L’escalade, le cirque, l’escrime, le yoga en famille : voilà d’autres options auxquelles nous ne songerions pas à la première réflexion.

 

En outre, sachez qu’avant 12 ans, il n’est pas conseillé de pratiquer un sport de manière compétitive et intensive. Les périodes de la petite enfance et de l’école primaire servent, justement, à explorer ce qui existe pour mieux choisir ensuite.

 

Structure et souplesse


Le fait de choisir peu d’activités vous permettra d’organiser votre calendrier, et non de laisser le calendrier vous organiser ! Ce qui signifie que les camps, activités parascolaires et autres activités passent souvent en priorité sur le bien-être familial et sur la souplesse, à cause d’un horaire trop chargé. Vous n’avez pas besoin d’un cours de perfectionnement : allégez simplement votre quotidien.

 

En outre, il existe un moyen efficace, même si votre ou vos enfants ne suivent que quelques cours, de rendre l’horaire encore plus agréable occasionnellement : les congés ! Certes, si vous inscrivez votre enfant à une activité, il est pertinent qu’il y assiste, mais cette présence ne doit pas se faire au détriment de la qualité de vie. Permettez-vous, de temps à autre, de déroger à l’horaire établi, en vous octroyant des congés d’activités et en vous laissant guider selon l’inspiration du moment ou une proposition.

 

Personnellement, j’autorise mes filles à s’absenter une ou deux fois par session de cours (et je fais pareil pour les cours auxquels je suis inscrite). En effet, même lorsqu’on s’adonne à des activités que l’on aime, la motivation n’est pas forcément aussi présente et il y a des jours ou le port du pyjama semble beaucoup plus attirant que de mettre le pied dehors. Que celui qui a toujours été assidu et motivé pour l’ensemble de ses activités (travail inclus) me jette la première pierre si je me trompe ! Cela dit, si vous êtes comme moi, il se peut que la culpabilité se pointe : « J’ai payé pour cette inscription, je dois montrer aux enfants qu’il faut se responsabiliser… » Je suis bien d’accord, croyez-moi ! Mais la vie est courte, et je réalise avec le temps que même si nous avons sorti notre portefeuille pour une activité, quand nous y allons sans plaisir, nous la payons triplement : en argent, en perte de temps et en luttes inutiles avec notre enfant.

 

Pourquoi ne pas apprendre aux petits qu’il est possible de rester engagé même si l’on s’absente, pour autant qu’il n’y ait pas d’exagération ? En fait, envoyer un enfant à un cours contre son gré, si cela se reproduit souvent, aura l’effet inverse de ce que l’on souhaite : notre chérubin finira par détester son activité, alors qu’un petit congé aurait pu lui permettre de reprendre son souffle pour continuer à aimer ce qu’il fait.

 

Cela dit, il est bien de mettre les choses au clair au début de la session d’activités avec notre enfant : les congés existent (et vous pouvez en déterminer le nombre à l’avance, pour faciliter et clarifier les négociations) certes, mais la persévérance s’avère nécessaire pour vraiment savoir si on aime ou pas une activité. Parfois, le désagrément relatif à un cours provient juste du fait que l’enfant, à la base, ne se trouve pas suffisamment compétent, mais les habiletés apparaîtront probablement… Cependant, si la maîtrise ne vient toujours pas, nous pourrions convenir avec notre enfant qu’il terminera la série (avec quelques congés), et que nous ne le réinscrirons pas ensuite, tout simplement.

 

Bref, apprenons à nos enfants à respecter leurs intérêts et leur rythme, en nous accordant au besoin une ou deux petites pauses bien méritées, tout en encourageant une saine persévérance (et non une vaine obstination). 

 

Activités dirigées et ennui


Les camps ou activités parascolaires ont un point en commun : ils dirigent les enfants et les divertissent sans qu’ils aient trop d’efforts à fournir. Les enfants y sont « animés » d’un bout à l’autre de la journée. Ce n’est pas mauvais, mais les jeunes doivent aussi comprendre que la vie n’est pas toujours ainsi dirigée par un gentil organisateur… Il faut parfois se désennuyer soi-même et développer sa créativité.

 

En offrant des moments libres à votre enfant, c’est ce que vous favorisez chez lui. Bien que l’usage des technologies puisse alors sembler tentant (quelle manière pratique de s’occuper !), sortir prendre l’air pourrait se révéler encore plus intéressant, surtout l’été.

 

Allez au parc, à la plage, sur le bord de votre piscine ou même dans votre propre cour, pour manger à l’extérieur. Allez faire de la randonnée ou simplement marcher dans les rues avoisinantes. Tout est une question d’habitude ! Une fois adultes, vos enfants n’auront sûrement pas le temps de s’inscrire à mille et une activités, mais si vous les avez habitués à sortir prendre l’air, ils continueront probablement à y prendre plaisir. Cela sera bénéfique pour vous aussi, car en tant qu’adultes, nous oublions souvent les bienfaits de la nature. Dans la région du Grand Montréal, les espaces verts demeurent assez accessibles. Profitez-en !

 

Moitié et totalité


Personnellement, j’aime le concept de « moitié-moitié » pour les activités. Nous faisons des fins de semaine moitié/moitié : une journée est dédiée à la relaxation, sans programme préétabli, et l’autre jour, une activité familiale est généralement prévue. Cela permet aux enfants (et à nous, les parents !) de se détendre, et de se reposer sans pression. Ils aiment beaucoup cela. Les étés sont aussi moitié-moitié : moitié semaines de camp, moitié repos. Ces moitiés permettent d’être présent en totalité à ce qui est : totalement libres et relaxes, ou totalement investis dans l’activité à laquelle nous nous adonnons. En effet, à l’aide de toutes ces moitiés, nous avons doublement de plaisir, car tous les moments sont savourés !

 

Alors, quand viendra pour vous le moment de réfléchir aux activités de vos enfants, pour l’été ou durant l’année, pensez à tous ces duos que je vous ai présentés. Proposez, plutôt que d’obliger, mais n’hésitez pas à imposer si votre enfant a besoin d’être encouragé. Visez la qualité plutôt que la quantité, car mieux vaut une ou deux activités bien choisies qu’un horaire trop chargé. Octroyez-vous des congés ponctuellement, pour que la souplesse demeure au rendez-vous. Laissez vos enfants s’ennuyer, pour qu’ils apprennent à vivre sainement l’ennui, et surtout, faites en sorte que votre quotidien familial reste équilibré, entre action et repos. Sur ce, bon été !









Nous joindre

Montréal pour Enfants
4141, rue Sherbrooke Ouest bureau 650
Montréal, Québec
H3Z 1B8
Tél.: (514) 637-6018
Téléc.: 1 888 790-9764



© 2018 Montreal Pour Enfants Tous droits réservé. Conception web par Vortex Solution.    Plan du site  |   Imprimer
Joignant des milliers de parents à chaque publication, notre magazine est sans rival. Nos 30 000 copies sont distribuées gratuitement dans un grand nombre de garderies, écoles primaires et académies, bibliothèques publiques, centres communautaires, librairies, hôpitaux pour enfants, centres prénatals, boutiques pour enfants, ainsi qu'au Biodôme de Montréal, au Jardin Botanique de Montréal, aux magasins IKEA, Toys "R" us et plus encore. Montréal pour Enfants est un soutien indispensable pour les parents; en leur offrant des articles écrits par des professionnels sur la santé, l'éducation, l'alimentation et le développement de l'enfant, en les informant sur les activités culturelles, sportives et éducatives que Montréal et ses banlieues ont à offrir aux familles. Montréal pour Enfants est une méthode très efficace pour les annonceurs de rejoindre le marché familial de Montréal, Laval et la Rive-Sud.