École Préparatoire de Musique UQAM Fin 26 Juin 201

À la relâche, 11 gestes pour éveiller les sens

À la relâche, 11 gestes pour éveiller les sens
jeudi 16 février, 2017

Avec les multiples festivals montréalais, jamais les propositions n’auront impliqué autant de sens et de gestes à la fois : on s’initiait déjà aux beaux-arts, à la science et même à la musique en bricolant depuis un bout de temps.

Mais maintenant, en plus, on taquine la marionnette, patins aux pieds. On attire nos jeunes louveteaux sur la neige par des effluves d’érable ou de chocolat et c’est hockey en main ou raquettes aux pieds que l’on redécouvre les traces de nos ancêtres. Et dans ce monde en mouvement, par quel geste entamerez-vous la sortie de votre maison ?

 

Pour guider votre lecture :


Codes : les lieux de présentation sont soulignés, les créateurs ou les organisateurs (d’un spectacle, d’un festival), sont en italique, les Festivals sont en bleu, les points d’attraits et spectacles sont en gras et les adresses internet sont surlignées en bleu.  


 

SE RACONTER 

Théâtre et marionnettes

 

Sur scène


D’abord, du 8 au 12 mars, lors du Festival de Casteliers festival.casteliers.ca, les marionnettes provenant du monde entier reviennent annuellement s’amuser un peu partout en ville. On rencontrera notamment à la Place-des-Arts placedesarts.com, les après-midi du 8 au 11 mars, des marionnettes prêtes à laisser les enfants reprendre ou même créer le fil de leur histoire. Mais l’événement offre aussi un excellent prétexte pour visiter le beau Théâtre Outremont www.theatreoutremont.ca, où se dérouleront les pièces Un Autre Monde, les 9 et 10 mars, produit par leThéâtre de l’Œil www.theatredeloeil.com, suivi de Le Canard, la mort et la tulipe www.lgl.si, en provenance de Slovénie, mais traduit en français, les 10 et 11 mars. Toujours à Outremont, le 10 mars, l’Auditorium de la polyvalente Paul-Gérin-Lajoie ouvrira les horizons des 3 ans et plus, avec la pièce Au Train où vont les choses de la troupe montréalaise Les Chemins errants. La relation amour-haine entre Le Parapluie et son propriétaire y est également adaptée aux spectateurs de 5 ans et plus par une troupe de Calgary questtheatre.org pour être présentée à la polyvalente, les 11 et 12 mars.  Quelques marionnettes s’aventureront jusqu’au Théâtre Mainline www.mainlinetheatre.ca, du Plateau-Mont-Royal, du 9 au 12 mars, pour raconter La Fièvre du castor, l’histoire anthropomorphique d’une famille québécoise, provenant d’une troupe de Vancouver www.lostandfoundpuppets.com

 

Les Casteliers du festival visiteront aussi la Maison de la culture Frontenac, le 9 mars pour l’avant-première de Partout ailleurs, une production du Théâtre de l’Avant-Pays www.avantpays.qc.ca, qui évoque la préparation de deux jeunes joueuses de hockey, organisant une fuite bien au-delà des bandes de la patinoire. À Longueuil, cette passion pour le hockey est incarnée par un acteur interprétant, pour les 8 à 12 ans, Octavio, un garçon qui tente de faire sa place à travers nos hivers québécois, dans Conte de la neige, créé par le Théâtre des confettis theatredesconfettis.ca, le 12 mars, au Théâtre de la Ville www.theatredelaville.qc.ca. Pour en revenir aux incontournables du théâtre jeunesse montréalais, le Théâtre de l’Illusion www.illusiontheatre.com, présentera aussi sa grande nouveauté à son propre Studio théâtre et en ouvrira les portes aux familles des 3 à 6 ans, les 4 et 5 mars en matinée : le spectacle Les Habits neufs y surgira alors de l’atelier plutôt bric-à-brac d’une couturière. La Maison Théâtre www.maisontheatre.com, après plusieurs années de pause durant la relâche, ouvrira avec une autre pièce du Théâtre des confettis, pour les 4 à 8 ans : l’Histoire du grillon égaré, qui parvient à faire découvrir mille et un détours pour éviter l’ennui durant la semaine du 7 au 12 mars.

 

D’autres maisons de la culture montréalaises et centres communautaires www.accesculture.com offriront une nouvelle vie à des pièces qui ont souvent brillé une première fois sur les planches dans le cadre des précédentes éditions du Festival de Casteliers ou encore de la Maison Théâtre. Et un nombre impressionnant de celles-ci s’adressent à un tout jeune public, dont l’histoire de la poulette Papoul, du Théâtre des Bouches décousues www.theatrebouchesdecousues.com le 9 mars, pour les 3 à 7 ans, à la Maison de la culture Ahuntsic. Une Minuscule, créée par Dominique Leroux dominiqueleroux.weebly.com, saura aussi mettre à profit les objets, ainsi que les ombres, pour faire ouvrir tout grand les yeux des 3 à 6 ans, le 10 mars, à la Maison de la culture Marie-Uguay. Le Théâtre Les amis de Chiffon www.amisdechiffon.qc.ca fait un grand détour par les ambiances japonaises d’où provient Roséphine pour atteindre le cœur des 4 à 8 ans, le 4 mars, au Théâtre Mirella et Lino Saputo www.accesculture.com. Déjà, au début, de Samsara Théâtre samsaratheatre.com veut rappeler les moments pas si lointains de leur création aux 18 mois à 6 ans, à la Maison de la culture Ahuntsic, le 8 mars. La Maison des arts de Laval www.laval.ca/maisondesarts conclura cette période de relâche sur le même thème avec Nombril www.theatremotus.com/nombril qui deviendra le centre d’un monde des 3 à 8 ans, le 12 mars, et qui sera suivi d’un atelier d’art plastique parents-enfants.

 

En liberté


À Outremont, les marionnettes sont devenues une vocation au point que l’on y accueille deux festivals de marionnettes à la fois, dont un extérieur OUF! Festival Off Casteliers  www.festivalouf.com, le 11 mars. Cela explique sans doute pourquoi les commerçants de l’arrondissement ont décidé de compléter le tout par une exposition de marionnettes à travers leurs vitrines respectives. Pour en revenir au 11 mars, plus précisément, les Productions Illusion fabuleuse y occuperont le Parc Saint-Viateur www.accesculture.com/emplacement/ParcSaintViateur avec des marionnettes et des marionnettistes, se promenant parfois librement, parfois en offrant quelques expériences de manipulation ou encore en jouant quelques pièces de 10 à 30 minutes. Avant 13 h 15, les prestations y sont davantage orientées vers les 3 à 7 ans avec Crescendo, spectacle présenté par Des Mots d’la dynamite & la Quadrature desmotsdladynamite.com, Mobarak et la magie, de Valise Théâtre valisetheatre.com ainsi qu’au Fruit de mon imagination, de La Tête salée latetesalee.wixsite.com. À partir de 14 h 30, les 7 à 11 ans pourront assister au Dur réveil de Lydia et Porkpie, du Studio Moo www.studiomoo.com, à , présenté par Les Croque-Pottes, Hansel et Gretel, selon André-Anne Leblanc, alors que la Tricoteuse d’imaginaire, directement sortie de La Tête salée se promènera dans le parc.

 

Entre deux scènes, au Parc Saint-Viateur, on peut sonder si la patinoire de l’étang n’a pas trop souffert des rayons printaniers. Il en va de même du bel étang du Parc La Fontaine espacelafontaine.com autour duquel le pantin Ti-Gus tout droit sorti du Théâtre de Guignol, refera son numéro, les samedis et dimanches, jusqu’au 12 mars. Ragou festival.casteliers.ca/spectacle/ragou, le rat de bibliothèque, né dans les ateliers du Théâtre de l’œil, rôdera à la Grande Bibliothèque jeunes.banq.qc.ca, le 5 mars, en s’arrêtant, de temps à autre, pour une courte prestation. Du 6 au 10 mars, en matinée, des personnages en chair et en os se retrouveront, avec les 4 à 8 ans, à la fois à l’intérieur et dans les étoiles, au Planétarium, lors de la quête de Mira, la petite étoile, une création de La Nef la-nef.com

 

 

ÉCOUTER

En avant la musique

 

En rêvant

 

En plus des personnages, les notes jailliront d’un peu partout, pour se mettre à la portée des enfants, même des musées. L’exposition saisonnière de jouets du Musée McCord, prendra la forme des Aventures d’Alfred www.musee-mccord.qc.ca, un conte musical issu d’une collaboration entre la conteuse Suzanne De Serres et L’Orchestre de chambre I Musici de Montréal, que pourront entendre les 4 à 8 ans tous les jours, jusqu’au 12 mars. L’Orchestre transmettra aussi quelques notions de musicalité au jeune public, les 10 et 11 mars. Toutefois, pour y entendre des conteurs en chair et en os, d’ailleurs excellents, il faudra s’y rendre à 11 h les 10 et 11 mars puisque les après-midi y sont plutôt consacrés à des ateliers de création qui porteront sur le théâtre d’ombres. Le 5 mars, Les Petites Tounes www.lespetitestounes.ca viendront troubler le calme du Cégep Gérald-Godin, à Sainte-Geneviève, en passant à la Salle Pauline-Julien www.pauline-julien.com, pour annoncer Les 4 Saisons aux 3 à 9 ans. Une fanfare clownesque, composée de 6 musiciens bourrés de sonorités en provenance du Brésil, d’Ukraine et d’ailleurs, s’emparera de la Grande Bibliothèque jeunes.banq.qc.ca, lors de l’événement La Fanfare fanfaronne, de la Strada www.strada.ca, le 9 mars, destiné aux 5 ans et plus.

 

La musique frappera également à la porte des maisons de la culture et des centres communautaires montréalais www.accesculture.com, lors du spectacle Les contes du vent de Pierre Labbé, www.sacretympan.com, à la Maison de la culture Rosemont, le 10 mars, qui éveille les 5 à 11 ans aux airs de son saxophone, de sa flûte traversière, mais aussi d’instruments provenant d’autres horizons, tandis que Kattam www.kattam.ca prendra le relais le 12 mars, à la Maison de la culture Marie-Uguay, avec son balafon, son djembé et autres instruments du Moyen-Orient.  

 

Comme le veut la tradition déjà bien établiepar sonFestival de la musique, les Jeunesses musicales du Canada www.jmcanada.ca viendront ajouter une note historique à cette relâche. Le nouveau-né de leurs nombreuses productions, Le Chant de l’alouette, rapporte des mélodies qui ont bercé des générations depuis l’aube de la Nouvelle-France. Du 4 au 12 mars, cette alouette se posera dans plusieurs bibliothèques, calendrier.bibliomontreal.com, et maisons de la culture montréalaise www.accesculture.com. Harpemania saura toucher quelques cordes sensibles, en remontant jusqu’aux hautes sphères mythologiques avant de revenir à la présence de la harpe dans les arrangements et même les jeux électroniques d’aujourd’hui. Ce ne sont là que les plus récentes créations des Jeunesses musicales. Et d’autres, qui ont su prouver leur charme au cours des années, pourront être réentendues, dont La Marmite ensorcelée, La Tête dans les nuages, La Récréation de Mozart, Rythmo Syncro, Pierre et le Loup, Les 7 trompettes de Fred Piston, Les Athlètes de la flûte à bec et Les Puces de Stradivarius, qui feront plusieurs sauts d’une salle à l’autre de la ville. Consultez www.jmcanada.ca/fr/concerts/categorie/1/les-concerts-jeune-public pour les détails.

 

En bougeant


Alors que les histoires visent souvent les 6 à 12 ans, plusieurs ateliers des Jeunesses musicales s’adresseront à un public de 3 à 6 ans, et particulièrement ceux qui passent par le bricolage autour d’un instrument de musique, que ce soit le Métallophone, la Trompette, le Violon ou la Clarinette, ou encore, lorsqu’il s’agit d’inventer soi-même un conte musical avec Ton histoire en musique www.jmcanada.ca/fr/ateliers. Les jeunes Montréalais de 4 ans et plus ont aussi la chance de se faire guider à travers la véritable Lutherie Jules Saint-Michel  www.luthiersaintmichel.com tous les après-midi et également les matins durant la relâche.

 

Les initiations à la musique des Jeunesses musicales incitent aussi les plus jeunes à se mettre en mouvement : par exemple, Musique au corps, le 5 mars, initiera les 6-12 ans de passage à la Maison de la culture Pointe-aux-Trembles, aux rudiments du gumboots ou du flamenco, après ou avant avoir entendu les rythmes qui forment la thématique principale du spectacle L’Expédition de la Rythmobile. C’est par le geste aussi que le  Bal à voyager dans le temps apprend aux 3 à 6 ans à faire le pont entre la contredanse des anciens courtisans et l’expression débridée de la danse contemporaine, dans quelques centres communautaires, bibliothèques calendrier.bibliomontreal.com ou maisons de la culture www.accesculture.com. Dans un tout autre registre, le désir de se garder au chaud sera un bon incitatif à participer aux reels et sets carrés des « calleurs » Pierre et le Lou www.accesculture.com, un duo trad-pop acadien éclaté, qui contribueront, le 4 mars, avec d’autres amuseurs, conteurs et des concours de bonshommes de neige, à maintenir l’ambiance de la première édition du Festival d’hiver de Pointe-aux-Fêtes www.pointeauxfetes.org, entamé la veille, à Pointe-aux-Trembles, sur le site extérieur du Parc Saint-Jean-Baptiste.

 

On bouge également au son de l’alphabet, lorsqu’on a 4 ans et plus, à l’Auditorium Le Prévost www.accesculture.com, le 5 mars, avec les 4 interprètes Bouge de là, bougedela.org, qui ont conçu 24 lettres à danser. Les 1 à 4 ans seront également entraînés vers les horizons plus contemporains des sons et des images de Fonoformies, le 8 mars, à la Maison de la culture Maisonneuve www.accesculture.com. À la Place-des-Arts placedesarts.com, les 9, 10 et 11 mars, d’autres maîtres danseurs entreprendront de sensibiliser la jeunesse à la danse contemporaine, par le spectacle 9. La chorégraphe Hélène Blackburn proposera aux 6 ans et plus d’y assister à la rencontre, grâce à la vibration, entre la Neuvième Symphonie, que Beethoven a composée alors qu’il était sourd, et le talent de 4 danseurs, dont l’un est sourd également. L’exposition commencée le 8 mars à la Place-des-Arts comprendra des ateliers des Débrouillards qui viendront expliquer, entre autres, comment l’interprète Cai Glover parvient ainsi, par les vibrations, à se mettre au diapason des autres danseurs de 9.

 

 

REGARDER

Cinémas, bandes dessinées et autres créations contemporaines

 

Sur l’écran

 

Cette relâche fera la joie des cinéphiles, entre les Rendez-vous du cinéma québécois, du 22 février au 4 mars, et le Festival international du film pour enfants www.fifem.com, du 4 au 12 mars. Le FIFEM s’avère une belle occasion d’explorer le monde en images provenant des 4 coins du monde, spécialement destinées aux enfants. Pour son 20e anniversaire, celui-ci s’est offert un répertoire de 20 films en compétition officielle et de 10 courts-métrages. Ces films seront généralement projetés dans la salle du Cinéma Beaubien, et parfois la Tohu tohu.ca. Des productions cinématographiques du FIFEM des années précédentes seront reprises, durant cette même période, à la Tohu, de même qu’au Musée des beaux-arts de Montréal www.mbam.qc.ca, tous les après-midi, jusqu’au 12 mars, et nouvellement cette année, à Pointe-à-Callières pacmusee.qc.ca. On en projettera également dans plusieurs maisons de la culture www.accesculture.com, alors que le 5 mars La Guerre des tuques en 3D, prévoit s’emparer du site à l’extérieur de la Bibliothèque nationale jeunes.banq.qc.ca.

 

À la Salle Claude-Léveillée de la Place-des-Arts placedesarts.com, le 8 mars à 15 h ou le 11 mars à 13 h, 5 courts-métrages de créateurs québécois attendent les enfants, qui pourront aussi se lancer dans leur propre aventure sur le thème du super-héros, en se déguisant ou même en passant derrière les caméras en compagnie des professionnels de Québec Cinéma, pour créer des œuvres qui se retrouveront affichées sur le site jeunesse.quebeccinema.ca, au terme de l’activité. Les films de Disney seront également soumis au regard critique des visiteurs de tous âges qui passeront au Livart www.lelivart.com, sur le Plateau-Mont-Royal, le 12 mars après-midi, et seront amenés à en décortiquer les notions artistiques. 

 

Avec les créateurs


Qu’elle soit animée ou qu’elle se destine à la lecture, la bande dessinée demeurera à la une de cette relâche à la Place-des-Arts placedesarts.com, où les œuvres de six bédéistes québécois, Cab, Jean-Paul Eid, Jacques Goldstyn, Michel Hellman, Julie Rocheleau et Zviane, qui ont accepté le défi d’illustrer un de ses spectacles, y verront le résultat de leur travail représenté du 8 au 11 mars. En après-midi, une œuvre numérique, créée par Grégoire Mabit, dans l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme permet même d’en apprendre davantage sur le processus de création d’un personnage, de l’imaginaire à la planche à dessin. Des animateurs des Débrouillards, accompagnés par moments de la Grenouille Beppo, y répondront à bien d’autres questions. Mais l’œuvre de Jean-Paul Eid est approfondie ailleurs en ville, puisque ce dernier a illustré la vie des enfants montréalais à diverses époques et que cette œuvre fait maintenant partie de la collection permanente à la disposition des visiteurs de 6 à 12 ans du Centre d’histoire de Montréal www.ville.montreal.qc.ca/chm, du mercredi au dimanche.

 

Du 25 février au 12 mars, le Musée Grévin www.grevin-montreal.com attirera sa part de caricaturistes, qui se mêleront aux maquilleurs et aux personnages de cire du vedettariat d’ici ou d’ailleurs. Les enfants pourront même y mettre la main à la cire… pour  fabriquer un souvenir, et ainsi comprendre les procédés du travail des artistes bien vivants du musée. Et de la poupée de cire à la poupée de caoutchouc, il n’y a qu’un pas, puisque 1000 poupées Barbie vêtues comme les vedettes hollywoodiennes, des héroïnes de cinéma ou encore habillées par des designers de renommée internationale, constituent la nouvelle exposition permanente sur la mode des Cours Mont-Royal, Expo Barbie expobarbie.ca, qui s’adresse autant, sinon plus, aux parents passionnés de mode qu’à leurs enfants.

 

Mais dans cet univers créatif, on doit toujours s’attendre à quelques imprévisibles illuminations, comme l’Illuminart, un parcours d’œuvres technologiques qui apparaîtront sur les murs de l’arrondissement Ville-Marie, jusqu’au 11 mars. On s’attend aussi à se faire surprendre par le Musée d’art contemporain de Montréal www.macm.org, situé en plein cœur du Montréal en lumière www.montrealenlumiere.com. Comme les années précédentes, les artères souterraines de la ville devaient inventer quelques expériences esthétiques et familiales inusitées, à découvrir à partir du 4 mars, durant la neuvième édition du Festival d’art souterrain www.artsouterrain.com, principalement voué à l’art visuel contemporain et dont seul le thème, Jeu et diversion, a été révélé jusqu’ici.

 

 

BRICOLER

Sur papier, biscuit, tissus ou porcelaine

 

Avec les grands maîtres


À l’intérieur maintenant ! Les 400 œuvres visuelles de l’exposition Chagall, au Musée des beaux-arts de Montréal www.mbam.qc.ca, pourraient susciter presque autant l’intérêt des enfants que des adultes par la vivacité de leurs tons et leur style, en apparence un peu naïf, le tout sur fond musical. On y a même créé une galerie-atelier nommée Petite boîte à Chagall pour faciliter cette rencontre entre l’imaginaire de l’artiste et celui des enfants. Le musée continue aussi ses ateliers thématiques des matins de fin de semaine, où les 2 à 5 ans concevront des mobiles avec leurs parents. En après-midi, les familles avec des enfants de tous âges pourront terminer ces journées hautes en couleur en s’essayant aux techniques de gravure.

 

À la Maison des arts www.laval.ca de Laval, durant la matinée du 11 mars et les dimanches 5 et 12 mars, en après-midi, les animateurs des Ateliers d’Alfred amèneront les 5 ans et plus, avec leurs parents, à se laisser inspirer par les œuvres de leur contemporaine, Steffie Bélanger, www.steffiebelanger.com, qui y seront exposées. Au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges www.mrvs.qc.ca, le 7 mars en après-midi, les jeunes seront incités, par un animateur, à observer les styles des grands peintres du musée pour décider lequel inspirera le mieux leur façon de représenter les nouvelles anecdotes de Cyprienne, la souris omniprésente au musée, en Papouasie.

 

En tâtonnant


La passion du bricolage a décidément la vie dure dans le cœur des enfants, ce qui a permis au Café Céramic leccs.com de se multiplier, dans les environs de Montréal, en reprenant, relâche après relâche, la même formule gagnante de rabais en avant-midi pour la peinture sur céramique et sur le repas du midi. De son côté, le Sweet Isabelle www.sweetisabelle.com commence à instaurer sa tradition de préparation de cupcakes et de décoration des biscuits en famille, avec les 4 ans et plus, dans ses ateliers d’Ahuntsic, du 6 au 10 mars, et de Longueuil, les 2 et 3 mars. L'Espace créatif : Scrapbooking, Céramiquewww.scrapbookingceramique.com, à l’Assomption, laisse aux 4 ans et plus ainsi qu’à leurs parents l’embarras du choix entre la décoration de biscuits et la céramique, d’abord, puis entre toutes les pièces à peinturer et ses plats à déguster.

 

Lors d’une escapade dans le coin d’Oka, il peut s’avérer agréable d’aller se dégourdir les doigts au Nhôa’z eden www.nhoazeden.com, en y créant, là aussi, des savons, des chandelles ou de la peinture sur verre, tous les jours, du 25 février au 12 mars. Toutefois, comme peinturer sur verre ou créer des chandelles exige plus de patience et de dextérité, ces activités sont réservées aux 8 ans et plus, alors que les enfants peuvent aisément se créer des savons. Le Tan Tan Kat www.tantankat.com, sur le Plateau-Mont-Royal, propose lui aussi sa variété d’huiles, de moules et d’expertises aux parents pour créer des savons naturels, du mercredi au dimanche, avec leurs enfants de 6 ans.

 

Non loin de là, sur la rue Saint-Denis, les animatrices de l’If Gym créatif www.ifgymcreatif.com, savent démontrer qu’il suffit de deux mains et de quelques couleurs pour susciter un nombre infini d’idées. Tous les jours, sauf le lundi, les enfants, dès 3 ans, ou les adultes, y trouvent une multitude de médiums pour bricoler quand ils veulent. Une fois à l’aise avec les ciseaux, les petits pourront aussi voir apparaître entre leurs mains leurs premiers origamis en forme de dinosaures, du 6 au 10 mars au Musée Redpath www.mcgill.ca/redpath/fr ou encore, le samedi 11 mars, pour les enfants de 8 ans et plus et leurs parents, des calligraphies ou origamis chinois s’ils se prêtent aux conseils des professeurs Yu Pei Hsu et Tsen-Ching Lin, au Centre culturel et communautaire Henri-Lemieux de Ville LaSalle www.ccchl.ca. Toutefois, pour plonger ses deux mains dans le tissu, il vaut mieux opter pour le Musée du textile du Marché Bonsecours, pour en revenir, dès l’âge de 4 ans, avec un monstre assez rigolo. On joint aussi l’utile à l’agréable au Falakolo www.textilart.ca de Laval. Que l’on ait 4, 8 ou 10 ans, on y trouvera des accessoires pour compléter un article pratique, en fonction de son niveau d’habileté, et quelques pochoirs pour les agrémenter.

 

 

CULBUTER

L’art du cirque

 

En s’émerveillant


Les arts du cirque prennent de plus en plus d’emphase dans l’esprit des créateurs jeunesse québécois, qu’ils se prêtent au jeu théâtral ou muséal. Ainsi, le Cirque-Théâtre des bouts du Monde parvient, à partir du simple thème d’un regard par la fenêtre, à transformer la Salle Émile Legault, du Cégep Saint-Laurent www.cegepsl.qc.ca/emile-legault, en espace de cirque, le 6 mars, lors de l’événement Dans le noir, les yeux s'ouvrent st-laurent.tuxedobillet.com, destiné aux 6 ans et plus. Et, après le Cégep c’est, croyez-le ou non, la Grande Bibliothèque jeunes.banq.qc.ca/pj/visiter/activites qui fera place à cet attrait croissant pour le cirque, avec Clap, le 7 mars. Les créateurs du Centre de recherche des arts clownesques www.cracclown.net/clap rapportent alors aux 6 ans et plus les découvertes d’une itinérante bourrée d’ingéniosité, qui sera également aperçue à Dorval, sur la scène de l’Auditorium Serge Nolet www.reservatech.net, le 9 mars.

 

Le duo de clown Foutoukours lesfoutoukours.com n’hésite pas à rouler sa bosse jusqu’à la Maison de la culture Mercier www.accesculture.com, le 12 mars, pour présenter La Trappe, ou encore Les Bros, le 5 mars à la Maison des arts de Laval www.laval.ca/maisondesarts. La présentation du 5 mars sera suivie d’un atelier sur les arts du cirque et un autre, parents-enfants, sur les arts plastiques. C’est toutefois par un arrêt à l’Exporail de Saint-Constant  www.exporail.org qu’encore cette année, à partir du 3 mars, l’on apprendra ce qui se passe derrière les rideaux et dans les locomotives de ces saltimbanques, tout en apprenant, avec certains d’entre eux, des techniques comme le diabolo, la jonglerie ou les assiettes chinoises. Ces acrobates, cracheurs de feu et autres artistes nomades pourront même être aperçus en train de s’emparer des rues du Quartier des spectacles www.quartierdesspectacles.com, durant la Nuit blanche et les soirées du Montréal en lumière www.montrealenlumiere.com, du jeudi au dimanche, jusqu’au 11 mars.

 

 

En se lançant


Bien sûr la Tohu tohu.ca du quartier Saint-Michel demeure le lieu par excellence pour approfondir les techniques du cirque, et ce d’autant plus que des instructeurs de l’École nationale de cirque y ont préparé, pour la relâche, diverses stations d’apprentissage de techniques aériennes, au sol, de jonglerie et bien plus encore. Des visites guidées, des bricolages ainsi que, durant l’après-midi, quelques films du FIFEM contribueront à l’alternance entre détente et passion. Mais cette Mecque des arts du cirque n’est plus la seule dans cette arène. À Saint-Eustache, Les Transporteurs de rêves circodromesteustache.wordpress.com prennent les familles en main pour leur apprendre à manier le trapèze, le cerceau, le fil de fer, les échasses, la jonglerie, les arts clownesques et bien d’autres choses. Dans un ancien cinéma du quartier Rosemont, d’autres techniques et accessoires associés à la discipline du cirque aérien sont mis à la portée du grand public, comme les trapèzes volants de tissus, les cerceaux, et sont enseignés aux 6 ans et plus au Château de Cirque www.trapezium.qc.ca.  

 

Dans le quartier Saint-Michel, le Taz www.taz.ca prolongera ses heures, du 6 au 10 mars, afin que davantage de familles puissent y essayer la planche à roulettes, le BMX ou la trottinette et, les fins de semaine, le patin à roues alignées, dans le cadre de cours familiaux. On pratique les mêmes activités au SPIN Skatepark de Brossard. Les tout jeunes y sont également les bienvenus, les matinées de fins de semaine, qui sont réservées aux 14 ans et moins. On y offre même des initiations parents-enfants de groupe d’une durée de 2 h. À Dollard-des-Ormeaux, ce sont plutôt 26 000 pieds carrés de trampolines qui s’offrent à la vue et aux impulsions des passionnés de 3 ans et plus chez Skytag skytag.ca. Mais il arrive que des techniques dérivées du cirque prennent ailleurs une forme plus urbaine. Ainsi fils de fer, trampolines, trapèzes, mais aussi cordes de Tarzan s’intègrent à la formule de l’Acrosport Barani www.acrosportbarani.com de Laval, mais les heures de pratiques pour tous y sont plutôt variables. Au ISaute  www.isaute.ca d’Anjou et de Brossard sont également rassemblés une «slackline», qui peut être considérée comme une descente du fil de fer, ainsi qu’une multitude de trampolines. Et sur ces trampolines, en plus de s’essayer à des sauts acrobatiques, les 2 ans et plus peuvent pratiquer leur tir au panier de basketball, sur le terrain de ballon-chasseur ou s’aventurer en « bounce board », une sorte de planche à roulettes sans roues.

 

Le Gym-X gymx.ca de Saint-Jérôme est passé maître dans le domaine de jongler avec plusieurs activités d’adresse pour tous âges, incluant fil de fer, trampolines, jeux aériens et autres arts du cirque, mais en adhérant aussi aux tendances de l’heure, avec de l’escalade et son Parkour, où l’on saute d’un obstacle à l’autre à partir du sol. Plusieurs centres de jeux pour les plus jeunes ajouteront aussi à leurs piscines à balles, leur labyrinthe et leurs glissades, des tyroliennes, des trampolines et d’autres jeux plus kinesthésiques, comme le Jungle aventure www.jungleaventure.com de Laval. Le dernier né de ces centres d’amusement pour plus petits, le 1-2-3 Go! 123gojeux.com, de Blainville, revient cependant un peu plus à la base de l’émerveillement, avec ses balles et ses labyrinthes colorés.

 

 

SE DÉPASSER

Rivaliser d’adresse et dépasser ses peurs

 

Virtuellement intense


Les Funtropolis www.funtropolis.ca de Laval et de Saint-Hubert, quant à eux, combinent des labyrinthes, des piscines à balles, une tyrolienne et des structures colorées à un petit parcours de mini-putt et un autre avec des faisceaux lumineux. Ils y ajoutent une touche de virtualité avec le X-Rider, un simulateur de montagnes russes, et des arcades. On plonge encore plus directement dans la virtualité en entrant dans l’univers d’Ubisoft avec Lapins crétins www.centrelapinscretins.com, à Pointe-Claire, où les piscines à balles, les glissades, les blocs de construction, les murs d’escalade et leur mini-usine d’épuration d’eau intègrent toujours quelques éléments technos pour attiser l’œil des 12 ans et moins.

 

Au Cosmodôme www.cosmodome.org de Laval, on se tourne plutôt vers le ciel et vers l’avenir, quoique, parmi leurs simulations de missions spatiales éducatives, l’une, Le Rêve impossible, sensibilise à l’histoire de la conquête de la lune ; avec Planète rouge et Aux Frontières du Cosmos, elles font vivre aux 8 ans et plus une expérience qui leur donne l’impression d’appartenir à une mission spatiale. Des courts métrages en 3D transmettent encore plus intensément des expériences virtuelles aux 5 ans et plus. La fin de semaine, la famille visite aussi la reproduction d’une navette et les 9 ans et plus peuvent même sonder, très physiquement, leur résistance à la désorientation avec une réplique des simulateurs d’entraînement de la NASA. Il faut savoir toutefois que le prix s’accumule pour chaque activité.

 

Mais arrive un moment où le besoin d’adrénaline s’accroît et c’est peut-être là que les 4 ans et plus rêveront d’imprégner dans leur mémoire la sensation de la chute libre, sans jamais toucher le sol, dont SkyVenture www.skyventuremontreal.com peut faire une réalité, en utilisant la friction de l’air pour créer un effet de saut en parachute. Les hauteurs deviennent aquatiques dans le centre Maeva Surf www.maevasurf.com de Laval, qui vient de se refaire une beauté. Aussi, la vague géante de l’Oasis Surf oasissurf.com baigne depuis son émergence dans une ambiance des tropiques. On ne parle pas là de plusieurs mètres, mais, dans le cas d’Oasis Surf, d’une vague de 60 cm pour les débutants, qui peut s’élever jusqu’à 1,80 m pour les experts. Le défi pour garder son équilibre sur la planche parvient néanmoins habituellement à maintenir l’adrénaline surtout chez les parents, alors que pour les plus petits, à partir de 4 ou 5 ans (la taille minimale d’un mètre est exigée chez Maeva Surf), la peur fait habituellement assez rapidement place au plaisir.

 

 

Toujours plus haut


Que les parents osent ou non se lancer avec eux, les 4 ans et plus se sentiront sans doute attirés par les 34 murs d’escalades colorés, de 10 m et aux prises variées du Clip’n Climb www.clipnclimblaval.ca qui, heureusement pour les parents craintifs, sont tous munis d’autoassureurs (dispositifs de retenue pour prévenir les chutes). Les 3500 mètres carrés du Centre d'escalade Vertical loisirs3000.ca, avec ses murs pouvant aller jusqu’à 12 m de hauteur, dont certains sont également nantis d’autoassureurs, satisferont les amateurs d’escalade intérieure plus exigeants. Des murs et des grottes sont spécialement adaptés pour les enfants, dès l’âge de 5 ou même de 3 ans, grimpent sans difficulté. La famille pourra aussi passer de l’escalade au saut de trampoline ou alors terminer cette journée de hauts et de bas par un moment de détente à la grande piscine de l’Aquadôme, située sur le même site. On grimpe aussi en famille les dimanches après-midi au Allez-Up allezup.com, mais cette fois sans autoassureur. Les instructeurs demeurent sur place pour les consignes du départ et la supervision du site. À Zéro Gravité www.zero-gravite.ca, on suggère plutôt fortement aux parents non accrédités en escalades qui veulent se lancer sur les murs d’opter pour un essai avec un instructeur. Cette formule est reprise à La Prairie, par Canyon escalade www.canyonescalade.com où des forfaits d’initiation d’une ou deux heures attendent les familles ayant des enfants de 4 ans et plus.

 

La délicieuse angoisse de la montée peut aussi trouver son comble en se trimbalant ensuite dans les airs, chez Horizon Roc www.horizonroc.com, qui combine sous son toit l’escalade, pour les 5 ans et plus, et l’Acro Parc, pour les enfants de 110 cm et plus. Mais un autre parcours aérien existe maintenant à Laval, celui du Maze N’Games www.mazengames.com, qui propose d’ailleurs des heures prolongées pendant la relâche.

 

Une autre tyrolienne passe à 17 pieds au-dessus du Vieux-Port mtlzipline.com, et permet une lancée sur une ligne de 1200 pieds, tous les après-midi. La même compagnie offre aussi à tous les membres de la famille qui ont atteint le poids de 23 kg (50 lbs) l’option du Quick Jump où l’on se lance dans le vide avant de retomber sur ses pattes, à l’aide d’un principe similaire à celui de l’autoassureur en escalade. Cet attirail parviendra-t-il à faire de l’ombre à la tyrolienne qui se dressera dans le Quartier des spectacles www.quartierdesspectacles.com, pour les personnes de 1,35 m et plus, aux côtés d’une glissade géante et d’une autre pour les plus petits (toutes deux pour les personnes de 1,07 m et plus) et d’une grande roue ? On pourra par ailleurs accéder aux attractions de Montréal en lumière www.montrealenlumiere.com, durant la Nuit blanche et, en après-midi ou en soirée du jeudi au dimanche, jusqu’au 11 mars.

 

               

PATINER ET GLISSER

Les coups de cœur glacés

 

Sur les pentes et les glaces réfrigérées


Pour ceux qui aspirent plutôt à connaître l’ivresse en dévalant les pentes en ski et en planche à neige, outre les défis du mont Saint-Bruno, la région métropolitaine et ses environs offrent beaucoup d’autres moyens aux 5 à 8 ans de vivre leur premier coup de foudre, d’une bonne heure, avec les pentes, grâce à Expérience maneige maneige.ski/initiation-des-5-a-8-ans dans les parcs de Laval et de Dollard-des-Ormeaux. Au Parc du Centenaire www.ville.ddo.qc.ca de Dollard-des-Ormeaux, ces initiations seront offertes toutes les fins de semaine, jusqu’au 12 mars, ainsi que tous les jours, du 6 au 10 mars. Maneige passera aussi au Centre de la nature de Laval www.laval.ca/centredelanature, les 6 et 7 mars. Les jeunes pourront s’initier non seulement au ski, mais également à la planche à neige. Le Centre de ski de la côte Boisée de Terrebonne www.gpat.ca est également tout équipé, tout l’hiver, tant pour la glissade sur tube, la planche à neige que le ski alpin, avec une soixantaine de moniteurs certifiés et une remontée mécanique.  

  

Petits et grands glissent également au Village Mammouth villagemammouth.com, qui s’érige chaque année près du Stade olympique, sur une glissade pleine d’effets lumineux et de vapeurs. La célébration bat aussi son plein dans son espace de jeux et sur sa patinoire réfrigérée. Les moments de hautes tensions chez les Mammouths seront sans doute la Nuit blanche, où des feux d’artifice illumineront Hochelaga-Maisonneuve, la journée spéciale relâche du 8 mars avec les mascottes Télétoon, et le temps des sucres qui sera célébré les 11 et 12 mars. On trouve une multitude d’autres activités autour Mont-Royal www.lemontroyal.qc.ca, dont son incontournable glissade sur tube, réservée toutefois aux 4 ans et plus, et sa patinoire qui demeurera réfrigérée jusqu’au 6 mars. Les amateurs du Vieux-Port www.vieuxportdemontreal.com craqueront plutôt pour la Patinoire Natrel, une des glaces réfrigérées extérieures les plus animées à Montréal. Tous les mardis, dès 17 h, jusqu’au 9 mars, on y offre des séances de cardio sur glace adaptées à toute la famille. Les Soirées réconfort du mercredi, avec leur distribution de guimauves et de chocolat chaud sont tout aussi enflammées. Ces activités sont ouvertes à tous, sans frais supplémentaires, et les services de vestiaire et de location contribuent à prolonger le bon temps des familles. Et le jeudi, dès 18 h, ce sont les DJ de l’heure qui prennent la relève sur la glace.

 

Ce sont plutôt les samedis après-midi, à l’heure du conte, que l’on distribue du chocolat chaud et même du café, sur la glace réfrigérée du Centropolis www.centropolis.ca. Le reste de l’après-midi, des animateurs demeurent présents pour que les premiers pas des petits sur la glace se passent comme sur des roulettes. Le patinage libre, avec maquillage, magicien et mascotte, fera également partie du programme quotidien de la grande patinoire intérieure Atrium www.le1000.com, du 6 au 10 mars, en plein centre-ville. Mais pour les 3 à 12 ans qui auraient besoin d’encore plus de magie pour se lancer sur la glace, les prouesses à grand déploiement présentées chaque année par Disney sur glace Centre Bell www.centrebell.ca/fr, du 8 au 12 mars, peuvent faire rêver, alors que le poisson Doris mènera la troupe, dans Suivez votre cœur.

 

Sur les glaces naturelles

 

Par temps froid, le fleuve, les lacs et les rivières offrent un doux prétexte pour voir du pays et goûter d’autres ambiances à quelques coups de patin de Montréal. Le Centre de la nature de Laval www.laval.ca/centredelanature permet d’ailleurs d’accéder à un lac d’environ 2 kilomètres carrés qui bénéficie régulièrement des soins d’une surfaceuse. Le site veille aussi à l’entretien d’une patinoire de hockey, d’une piste de ski de fond et de 5 pentes de glissade sur tube rigoureusement balisées. Un peu partout à Laval s’organisera aussi tous les deux ou trois jours, gratuitement, dans ses parcs, des fêtes de quartier, souvent avec des structures gonflables. Les familles pourront, par exemple, jouir d’un labyrinthe de glace, de glissades ou encore pratiquer le mini-putt, le volleyball, le ballon-balai des neiges et s’essayer à la peinture sur neige, tous au programme de l’événement On se sucre le bec, le 4 mars, à la Berge aux Quatre-Vents ou une autre des journées, affichées sur le site www.laval.ca/Pages/Fr/Calendrier

 

 

D’autres parcours sont entourés d’une ambiance plus historique et romantique, comme celui du Canal de Chambly www.pc.gc.ca. La glace de l’étang du site de L’Île-des-Moulins www.tourismedesmoulins.com, à Terrebonne, animée tous les soirs d’un style musical différent, ne manque pas non plus de charme. Si l’on préfère patiner à l’ombre des arbres, le Parc de la Rivière-des-Mille-Îles www.parc-mille-iles.qc.ca permet d’accéder à sa rive, sa butte de neige et ses luges et prête même des patins aux 2 ans et plus, curieux d’explorer ce coin de paradis. Du côté de Mirabel, le Bois de Belle-Rivière www.boisdebelleriviere.com et le Parc du Domaine vert www.domainevert.com offrent aussi ce genre d’environnement, avec tubes à glisser, ski de fond, raquettes et patinoire illuminée. Mais si l’environnement entourant l’anneau de glace d’un kilomètre du Domaine vert est mieux équipé pour conquérir le cœur des amateurs de longs sentiers, celui de Belle-Rivière se démarque avant tout par son sentier de glace en forêt qui d’étend sur 2,5 km qui peut être parcouru avec toutou.

 

 

DÉAMBULER

En ski, en raquettes, en harmonie avec la nature

 

À Montréal et à Laval

 

Avant de parcourir les 22 km de sentiers de ski de fond ou les 3 km de sentiers de raquettes du Mont-Royal www.lemontroyal.qc.ca, il est possible d’en apprendre un peu plus sur son histoire et son écosystème, en passant par la Maison Smith, les samedis après-midi, jusqu’au 4 mars. On trouve aussi sur place tout le nécessaire de location (traîneau pour bébé et skis de fond), ou le matériel pour farter les skis sur place. Les familles qui se tourneront plutôt vers le Parc-nature du Cap-Saint-Jacques, le 5 mars en après-midi, www.ville.montreal.qc.ca/centredepleinair seront initiées à la vie dans l’érablière ; elles pourront goûter le résultat de cette quête sucrée dans leur assiette, puisque, jusqu’au 12 mars, l’organisme D-Trois-Pierres, situé directement sur le site, concoctera des repas des sucres, légers et certifiés bio. D’autres animations,  le 9 mars, sur l’interprétation de la nature, le 10 mars, sur la vie à la ferme et le 11 mars, sur les jeux d’hivers, y sont également planifiées. Les 10 ans et plus se montreront peut-être encore plus motivés à se rendre sur les lieux en sachant qu’ils pourraient y enfiler leur équipement de ski alpin et un harnais attaché à un cerf-volant fourni par un moniteur d’Aérotractionwww.aerotraction.com qui leur enseignera à se laisser guider par les vents. Mais les 8 ans et plus pourront déjà tenter leur chance, si un de leurs parents fait tandem avec eux.

 

Tout le Réseau des grands parcs montréalais www.ville.montreal.qc.ca/grandsparcs recèle aussi des sentiers de ski, de marche ou de raquettes de plusieurs kilomètres et des buttes à glisser, qui gagnent à être connus. Et l’on peut profiter des défis ou promenades, adaptés aux enfants, qui sont organisés par les services écologiques de Guêpe www.guepe.qc.ca pour les découvrir. Les parcs de Cap-Saint-Jacques, Bois-de-l'Île-Bizard, Bois-de-Liesse, Île-de-la-Visitation et Pointe-aux-Prairies ont tous des chalets d’accueil chauffés et Guêpe y loue l’équipement pour le ski de fond pour les 11 ans et plus. Tous ces parcs, sauf Bois-de-l'Île-Bizard, disposent aussi de luges et de tapis pour glisser. Cap-Saint-Jacques,  Bois-de-l'Île-Bizard et  Bois-de-Liesse disposent aussi des raquettes. Guêpe et la Ville de Montréal y organisent également deux après-midi d’épreuves amicales et familiales sur la neige, nommé Défi nature active à l'Île-de-la-Visitation, le 5 mars, et Pointe-aux-Prairies, le 9 mars. Les écologistes de Guêpe guident aussi des Promenades sous les étoiles illuminées par les lampes frontales tout l’hiver, pour les 6 ans et plus, dont celle du 3 mars à Pointe-aux-Prairies et du 4 mars au Parc-nature de l'Île-de-la-Visitation. Celles-ci, réalisées à pied ou en ski de fond, se finiront sur les notes d’un chansonnier. Enfin l’équipée d’Entre chien et loup du 11 mars, au Parc-nature du Bois-de-Liesse, suivra la trace du loup et d’autres canidés des bois, en compagnie d’un guide ou en randonnée autonome. Bien que l’entrée du parc soit gratuite, il faut défrayer quelques dollars pour ces animations.

 

On guettera aussi l’arrivée de la nouvelle lune le 25 février, au Parc de la Rivière-des-Mille-Îles www.parc-mille-iles.qc.ca de Laval, et les enfants de 2 ans jusqu’aux adultes y glaneront, en passant, quelques trucs de pêche ou notions d’ornithologie, avant que la rencontre tourne à la fantaisie, avec un conteur, autour du feu. Le jour suivant, ainsi que les 5, 7, 8 et 9 mars, plusieurs randonnées par jour sont prévues pendant lesquelles les animateurs ne se gêneront pas pour faire marcher, grimper, ramper et sauter toute la famille. Pour ceux qui tolèrent mieux les rigueurs de l’hiver que celles des instructeurs, il est également possible de vaquer librement, à tous âges, aux différents sports d’hiver dont les raquettes, pour lesquels on prête de l’équipement. Une belle soirée aux flambeaux attirera aussi des amateurs de ski de fond vers Duvernay, plus précisément au Centre communautaire Philémon Gascon www.laval.ca/lieux, d’où partira, le 3 mars, l’expédition des Coureurs de boisés www.coureursdeboises.com. D’autres boisés lavallois offriront « à voir, à sentir et à entendre » durant les journées de la relâche. Ainsi, du 6 au 10 mars, des promenades écologiques animées en raquettes occuperont, tous les jours, les Boisés de Sainte-Dorothée www.boisesaintedorothee.org et quelques-uns des 10 km du sentier, accessible avec son chien, du Bois d’équerre www.boisdelequerre.org de Sainte-Rose, alors que les guides passeront d’une mangeoire d’oiseaux à l’autre en discutant d’ornithologie avec tous, en plus d’organiser une marche sur un thème différent tous les dimanches.

 

 

Pour s’aventurer plus loin

 

Côté Rive-Sud, à Longueuil, la glissade sur tube, la patinoire et les escapades en raquettes, à pied ou en ski de fond sur les 20 km de sentiers font aussi partie du quotidien du Parc Michel-Chartrand www.longueuil.quebec/fr/parc-michel-chartrand. Un peu plus loin des zones urbaines, à Châteauguay, se cache aussi le Centre écologique Fernand-Séguin www.ilesaintbernard.com, à travers lequel sont balisés une vingtaine de kilomètres de sentier de ski de fond. L’Île Saint-Bernard possède 8 km de sentiers, situés au cœur du refuge faunique Marguerite-D’Youville que l’on pourra fréquenter en raquettes, puisque celles-ci sont mises à l



Des grands espaces de la Rive-Nord ouvrent également leurs portes. Le Parc régional de la Rivière-du-Nord www.parcrivieredunord.ca, à Saint-Jérôme, accueille les familles, dans ses 17 km de sentiers de ski de fond, ses 20 km de raquettes et ses 14 km de sentiers de marche. Les familles aux goûts plus diversifiés devraient trouver satisfaction au Parc du Domaine vert www.domainevert.com, qui propose 3 pistes de raquettes ainsi que 34 km de sentiers de ski de fond, répartis sur 12 pistes, de niveaux variés. Il ajoute à ces activités le patin, les tubes à glisser et le Fatbike. Les vrais amateurs de ski de fond de la Rive-Nord devraient aussi connaître les 48 km de piste fond double mécaniquement balisés des Sentiers de la Presqu'île à Le Gardeur www.lessentiers.net, où l’on peut amener son chien.

Les organisateurs de la SÉPAQ se révèlent aussi fins connaisseurs de l’art d’acclimater la faune urbaine à ses sentiers hivernaux. Les visiteurs du Parc d’Oka www.sepaq.com/pq/oka trouvent, sur place, l’équipement pour ratisser les sentiers de 4 km à 14,5 km en ski de fond (25 km en tout), les 34 km de pistes de raquettes et les 28 km pour la marche, avec des traîneaux pour enfants, la trottinette de neige, avec, en plus, du Fatbike pour les adolescents. Une salle commune avec mur d’escalade, un panier de basketball, des tables de babyfoot et de ping-pong ainsi que des jeux de société assurent aussi des moments de pause enjouée. On peut même maintenant amener son chien au parc. Ceux-ci ne sont toutefois pas admis lors des séjours en tentes nordiques, tentes-roulottes, chalets ou dans les gîtes sous les pins qui peuvent tous être loués là-bas. Les parcs nationaux de la Montérégie semblent, quant à eux, compter beaucoup sur l’appât du ventre pour attirer les foules sur leurs pistes de ski de 3 km à 9 km de ski de fond, de raquettes ou de Fatbike, puisqu’au Parc national du Mont-Saint-Bruno www.sepaq.com/pq/msb, selon le jour, chocolat chaud, tire d’érable, ou saucisses du terroir font partie des attraits. Le Parc national des Îles-de-Boucherville www.sepaq.com/pq/bou  compte, encore cette année, sur son indéfectible et délicieuse collaboration avec la Chocolaterie Heyez et ses pizzas chocolatées pour donner du cœur au ventre à ses raquetteurs sous les étoiles, sur leur sentier balisé de 4 km, les 25 février et 4 mars. Cette randonnée peut se faire en toute liberté, mais les familles peuvent faire appel aux lumières d’un garde-parc naturaliste.

 

 

EXPLORER 

Le savoir muséal à la portée des enfants

 

Historiquement


On peut aussi traverser les époques en raquettes, lorsque la température s’y prête, en se laissant guider autour du dépôt fortifié au 19e siècle du Musée Stewart www.stewart-museum.org. Les 6 ans et plus y entrent ensuite dans le Cabinet des curiosités qui occupe l’espace intérieur. Parmi les objets plus ou moins étranges qui s’y trouvent ou qu’on y bricole se cachent des équipements de curling à l’ancienne que le musée a l’habitude de remettre sur la glace, en cette période, le temps d’une partie amicale. À la Maison amérindienne, à Mont-Saint-Hilaire www.maisonamerindienne.com, on casse également la croûte gelée à pas de raquettes en babiche, dans les sentiers de l’érablière, en se faisant expliquer par un maître sucrier les origines de cette tradition chez les Amérindiens. Une tarte sans croûte, un gâteau de maïs ou de la tire y sont servis au retour, histoire de redécouvrir nos origines par les papilles. Les raquettes et les pics à glace sont aussi utilisés par les animateurs du Centre d’histoire de Montréal www.ville.montreal.qc.ca/chm, qui passent par les objets pour raconter les hivers d’autrefois. Pendant ce temps, des légendes au goût de sucre d’érable se feront entendre au Musée des maîtres et artisans du Québec de l’arrondissement de Saint-Laurent, www.mmaq.qc.ca, avant que les jeunes de 5 ans et plus ne soient invités à illustrer, par des bricolages, quelques aspects de nos épopées régionales, tandis que les samedis et dimanches après-midi, les ateliers de bricolage reprendront leur cours régulier et porteront, les 4-5 et 11-12 mars, sur la culture irlandaise.

 

L’histoire, ses légendes et ses effluves sucrés se croisent en plusieurs lieux, en cette saison, mais la Maison Saint-Gabriel www.maisonsaint-gabriel.qc.ca aura su mettre la main sur quelques violonistes et des conteurs parmi les meilleurs de leur génération pour célébrer en grande pompe leur après-midi des sucres du 12 mars. On risque aussi de rencontrer des personnages d’époque avec des défis pleins les poches, si on passe au Château Ramezay  www.chateauramezay.qc.ca la fin de semaine, mais là-bas, plutôt que de la tire, la tradition veut que l’on fasse son pain au printemps et c’est ce qui y mijotera, chaque jour, du 5 au 12 mars. Au musée Pointe-à-Callière pacmusee.qc.ca, la collection Terre d’Asie et ses œuvres d’art asiatiques occupent le haut du pavé. L’exposition permanente jeunesse des Pirates ou corsaires, qui ont parfois transporté ces merveilles dans leur cale, peut contribuer à rendre le passage vers les kimonos et les porcelaines un peu plus ludique.  

 

Mais la nouvelle exposition de Pointe-à-Callières, qui rappelle à nos jeunes amateurs d’appareils intelligents le début de la téléphonie avec Alexandre Graham Bell, pourrait également en intriguer plus d’un. Leurs propres moyens de télécommunication ne demeureront toutefois pas longtemps dans les poches, dans le Vieux-Port, alors qu’il est possible de télécharger une application www.montrealenhistoires.com/cite_memoire pour y pourchasser les personnages historiques qui raconteront leur histoire. Au Musée d’archéologie de Roussillon de La Prairie www.archeoroussillon.ca, on met plutôt en pièce l’histoire des appareils photo, en faisant même fabriquer un ancêtre de l’appareil d’aujourd’hui, utilisé il y a plus de 1000 ans, avant d’en revenir à la technologie des pixels. À l’Exporail de Saint-Constant www.exporail.org, comme on peut s’y attendre, il est question de trains, mais ce musée ferroviaire, orienté depuis toujours vers le jeune public, trouve le moyen de se renouveler, en ajoutant à son exposition sur le cirque, une nouvelle exposition qui porte sur les règles de sécurité aux abords d’une voie ferrée. Les samedis et dimanches, les 4 ans et plus découvrent aussi les métiers du train et les 8 ans et plus peuvent, s’ils le veulent, terminer le tout par le film L’Express des Rocheuses. Pour tous les autres métiers, les 18 mois à 8 ans trouveront tout ce qu’il faut pour se déguiser et vivre leur rêve dans la ville que leur a créée, à leur mesure, le Musée pour enfants de Laval  www.museepourenfants.com.

 

Scientifiquement

 

L’Électrium www.hydroquebec.com/visitez, à Sainte-Julie, démystifiera les énergies qui nous entourent et bien d’autres mystères de la vie des 6 ans et plus, comme les illusions d’optique. En fait, le thème de l’activité thématique varie chaque jour à un tel point, du 6 au 12 mars, qu’il vaut la peine de choisir sa journée en fonction du goût des enfants : certains, en effet, seront plus attirés par le concours de catapulte, du 6 mars, d’autres par les tours de magie du 9 mars ou plutôt par les notions d’électromagnétique du 11 mars.

 

Le Centre des sciences de Montréal fait une belle place aux plus jeunes dans ses expositions permanentes depuis longtemps, avec Clic ! La zone des petits curieux, conçue pour les moins de 7 ans, Les Moulins de l’imagination, pour tous, qui porte sur la transformation de l’énergie et Science 26, où les 6 ans et plus pourront se prêter à diverses expériences scientifiques. Mais ses deux expositions vedettes du moment cherchent plutôt à décortiquer la chair, les organes de la matière dans ce qu’elle a de plus animale. L’exposition Animaux à corps ouvert, qui se prolongera jusqu’au 12 mars, fait plus appel aux procédés de plastination que ceux de l’exposition permanente Humain, qui vise les 8 ans et plus. Au Musée Armand-Frappier de Laval www.musee-afrappier.qc.ca, du 4 au 11 mars, on se concentrera surtout sur le cerveau, dont le fonctionnement sera expliqué aux 5 ans et plus, mais l’exposition sera adaptée de manière à ce que les 9 ans et plus puissent s’y casser un peu plus la tête et même y enfiler un casque encéphalogramme.

 

Ce sont des animaux bien vivants, célébrant l’Éveil du printemps, que l’on retrouvera au Biodôme espacepourlavie.ca/biodome lors de l’exposition présentée à partir du 4 mars, dont des amphibiens, des reptiles et des oiseaux qui seront les vedettes principales. À l’aide d’un guide d’identification et des conseils des animateurs, les familles auront tout en main pour identifier les 245 espèces animales des 5 écosystèmes présents. Mais les grands spécialistes de la forêt laurentienne demeurent au Zoo Ecomuseum de Sainte-Anne-de-Bellevue www.zooecomuseum.ca, où l’on observera en premier lieu, et l’on pourra même parfois toucher, des bêtes comme le renard arctique, le loup gris, le pékan ou l’effraie des clochers.

 

 

DORLOTER

De l'agrotourisme à l'hédonisme

 

En cajolant

 

Le printemps se la coulera très douce aussi au Jardin botanique espacepourlavie.ca, lors de la vingtième édition des Papillons en liberté, avec 1500 de ces magnifiques créatures originaires des 5 continents, qui virevolteront autour de la zone détente nouvellement créée pour savourer ce moment. D’autres bêtes plus enclines aux câlins attendent aussi les visiteurs que guideront vers eux les propriétaires des Alpagas des mondes enchantés www.alpagasdesmondesenchantes.com, de Saint-Jean-sur-Richelieu, ou de Hacienda Alpagas www.haciendaalpaga.com, de Mascouche, où, en plus des alpagas, moutons, lapins et quelques chevaux, on croise une butte à glisser et un sentier de 3 km avec tout ce qu’il faut pour le parcourir en trottinette de neige!

 

La Ferme L’Auteuilloise www.fermelauteuilloise.com, à Laval, passe plutôt par le contact avec les chevaux pour communiquer de la chaleur aux familles des 10 ans et plus, ses tours de carriole ou ses populaires tours de luge traînée par un poney. Des cours d’équitation intérieurs ou extérieurs y sont également proposés aux 8 ans et plus. À l’École d’équitation 1101 de La Présentation, les jeunes chevauchent en famille un cheval ou un poney dès l’âge de 3 ans. Les Mini chevaux de Mirabel www.minichevauxmirabel.ca, sont, quant à eux, trop petits pour être montés, ce qui ne les empêche pas de procurer un bien doux moment aux enfants qui les câlinent, les coiffent et les déguisent avant de les faire courir à leurs côtés, dans quelques jeux, en compagnie de leurs parents. 

 

En se gâtant


Chacun pourra trouver son point d’équilibre, grâce aux séances familiales de yoga qui gagnent en popularité. On pourra même vivre l’expérience sur la neige du Parc La Fontaine espacelafontaine.com, si le temps se fait clément, les samedis jusqu’au 5 mars. Les Montréalais en villégiature à Oka peuvent maintenant aussi se réserver un moment de méditation au Nhoa’z Eden www.nhoazeden.com. Mais comme les séances de méditation peuvent s’avérer plutôt courtes avec de jeunes enfants, combiner ce moment de calme avec celui d’une création de savon ou un autre bricolage des lieux peut aider à passer du bon temps.

 

Du 4 au 12 mars, le Bota Bota, spa-sur-l’eau www.botabota.ca veut offrir aux familles une programmation spéciale pour la semaine et ouvre ses portes aux enfants de 10 ans et plus accompagnés d’un adulte. Les visiteurs pourront profiter des installations, participer à des cours d’éveil au yoga ou encore profiter d’un brunch en famille. De plus, des massages de 60 minutes seront disponibles pour les enfants de 14 ans et plus. 
Les parents qui ont des enfants de 3 ans et plus pourraient aussi décider de convoquer toute la famille aux bains… thermaux. Non seulement le Strom spa www.stromspa.com de L’Île-des-Sœurs accueille les jeunes familles, mais il ajuste la température des bains à leur petit corps, lors de ses brunchs familiaux du 5 et du 12 mars. Outre la gastronomie et les soins thermiques, on peut ajouter des massages sur chaise en duo ou des mini-séances de manucure. Mais côté culinaire, déjà, avec le Montréal en Lumière www.montrealenlumiere.com et le retour du principe Paie ton âge, du 6 au 11 mars, permettant aux enfants de ne payer que le nombre de dollars correspondant à leur âge pour leur assiette, plusieurs auront pu rassasier leur appétit de découvertes auprès des grands chefs.

 

Un simple moment à flotter en eau fraîche contribue également à dénouer plusieurs tensions, que ce soit aux piscines municipales, qui augmentent habituellement les heures de bain libre durant la relâche, ou dans les piscines dont la taille et les accessoires rendent cette détente un peu plus active, comme le Centre aquatique Rivière-des-Prairies ville.montreal.qc.ca ou encore, les jeux flottants dans la piscine du Stade olympique parcolympique.qc.ca/centresportif/activites-jeunesse-et-groupes/les-dimanches-wibit, lors des dimanches Wibit, mais qui, parce qu’ils sont installés dans des parties plus profondes, ne sont permis qu’aux enfants de 6 ans et plus sachant nager.

 

 

JOUER 

Pour redécouvrir les règles du jeu d’ici

 

Des traditions à reconquérir

 

Quarante-cinq bibliothèques montréalaises calendrier.bibliomontreal.com se mettront de la partie pour assurer un festival Montréal joue www.montrealjoue.ca des plus rocambolesques. À partir du 6 mars, on prêtera et on expliquera des jeux de société et les 5 à 12 ans auront même droit à des ateliers de jeux vidéo pour concevoir ou, du moins, imaginer les créations virtuelles de l’avenir. La Nuit blanche de Montréal en lumière donnera le coup d’envoi de cette relâche ludique, à partir de 18 h, le 4 mars. Des jeux géants, multijoueurs et interactifs envahiront l’Hôtel de Ville tandis que dans le Quartier latin www.quartierlatin.ca, un grand chapiteau abritera des jeux vidéo d’hier et d’aujourd’hui, des machines d’arcades, un terrain de quilles finlandaises et d’autres jeux géants et animés. Et l’action se poursuit dans le Quartier des spectacles www.quartierdesspectacles.com où, dans l’espace extérieur consacré aux Jeux éducatifs et ludiques du lait par le Festival Montréal en lumière, une multitude de jeux de table remis à neuf ou géants connaîtront une nouvelle vie, entourés des rires des familles de tous âges, du jeudi au dimanche après-midi et durant la Nuit blanche.

 

La technoculture et la culture du jeu électronique continueront de briller intensément à quelques pas de là, à l’Arcade 11 tag.hexagram.ca, les 8, 9 et 10 mars. Mais l’événement le plus rassembleur de ce festival se déroulera au Centre Pierre-Charbonneau www.centrepierrecharbonneau.com du 10 au 12 mars, où les familles auront accès à non moins de 500 jeux différents. Par-delà ces grands rassemblements, le café La Récréation larecreation.ca, près du centre-ville, met des animateurs à la disposition des familles, tous les dimanches après-midi, pour s’apprivoiser au jeu en douceur. Même si la première clientèle des lieux est constituée des 20 à 35 ans, La Récréation a une réserve de collection de jeux familiaux. Le Musée des maîtres et artisans du Québec de l’arrondissement de Saint-Laurent www.mmaq.qc.ca, même s’il ne s’inclut pas officiellement au programme du Montréal joue, se laisse prendre au jeu à sa manière, puisque ses ateliers créatifs des 6 et 9 mars porteront sur les sports d’hiver, en révélant même aux 5 ans et plus les secrets de la fabrication de certains équipements d’autrefois. Les ateliers du 8 mars, quant à eux, exploreront plus directement l’univers des jouets avec les 4 ans et plus.

 

La relâche permet aussi de renouer avec d’autres plaisirs qui n’ont rien perdu de leur éclat et ont même souvent gagné en couleur depuis notre enfance. Ainsi, aux environs de Montréal, les lieux pour s’offrir une partie de mini-putt intérieur ne manquent pas. Le Putting Edge www.puttingedge.com compte 3 infrastructures de mini-golf fluo sur fond noir, accessibles aux 4 ans et plus : l’une au centre-ville, une autre à Ville Saint-Laurent, et une autre, enfin, au Centropolis de Laval. Les quilles semblent se ranger également dans la catégorie des indémodables, si on en croit le nombre de salons qui s’y consacrent. Le Quilles Plus www.quillesgplus.com, à lui seul, compte 5 salles sur l’île de Montréal. Les prix d’une partie diminuent lorsqu’on joue en périphérie de Montréal, que ce soit dans les Basses-Laurentides, aux Salon de quilles du parc bowlingsteustache.com, qui accepte les 2 ans et plus, ou le Salon de quilles St-Janvier www.quillesstjanvier.com, ou encore, sur la Rive-Sud au Salon de quilles Champion www.bowlingchampion.ca de Greenfield Park qui possède des rampes de lancement pour aider les petits. Selon les bannières, on ouvre les portes aux enfants à partir de 2, 3, 4 ou 5 ans. La présence de petites quilles et la location de souliers de la taille appropriée demeurent des éléments à surveiller afin de savoir si le service offert est adapté à la jeunesse.

 

Une relâche pour s’évader… ou poursuivre

 

Le BoulZeye boulzeye.ca dans l’arrondissement Pointe-aux-Trembles combine sous un même toit, les salles de quilles, pour les 2 ans et plus, et de poursuites au laser, pour les 5 ans et plus. Le Zone 15 www.zone15.ca de Laval, a également décidé d’offrir aux 6 ans et plus, un golf intérieur, en plus de son forfait de poursuites au laser. Cette version intérieure et lumineuse des poursuites de cowboys de notre enfance permet aux enfants d’entraîner leurs parents dans un univers presque vidéo. Le plus populaire d’entre eux, le Laser Quest www.laserquest.com, du centre-ville, indique qu’un enfant de 1,20 m et plus sera assez solide pour courir avec le poids de l’équipement sur ses épaules, mais les normes sont variables. Le Skytag skytag.ca de Dollard-des-Ormeaux invite plutôt les 6 ans et plus à poursuivre leur chasse et même à la combiner à une séance de sauts en trampoline, dans la même infrastructure. C’est à ces âges aussi que l’on se pourchasse au laser entre deux défis d’hébertisme intérieur au www.mazengames.com de Laval. On se poursuit avec des arcs et des flèches à pointe de mousse au Ministry of cricket www.ministryofcricket.ca/fr d’Ahuntsic-Cartierville. Il faut toutefois former un groupe de 6 joueurs de 8 à 12 ans avec leurs parents pour y participer.

 

Une autre tendance en plein foisonnement est celle de la fuite par l’ingéniosité, grâce au concept des jeux d’évasion, comme Échappe-toi www.echappetoi.com, dans Ville-Marie, où des acteurs professionnels créent et animent des scénarios. Les groupes de 2 à 8 participants de 8 ans et plus doivent alors résoudre les intrigues avant de trouver la sortie, dans l’heure qui suit. Les sept scénarios d’Échappe-toi sont basés sur les éléments culturels et historiques évoquant des évasions de prisons, des pirates ou la prohibition jusqu’à d’autres histoires reliées au hockey ou aux enquêtes policières. Escape Masters escapemastersgame.com à Griffintown passe par les éléments de surprise plutôt que par des acteurs pour maintenir le suspense dans ses salles, où il sera question de mafia italienne, d’enquête et de zombie. On n’y impose pas de limites d’âge, pourvu que deux adultes accompagnent les enfants. Sous le même principe d’évasion, le Défis-Défis www.defisdefis.com, de Blainville, pousse un peu moins loin l’histoire et un peu plus le jeu physique, de manière à pouvoir rejoindre les enfants de 5 ans.

 

L’imaginaire est donc au rendez-vous un peu partout en ville et dans les environs et, comme les flambeaux qui guident les marches sous les étoiles, il ne cherche qu’à toucher l’esprit des parents pour les laisser prendre le relais. Ces derniers seront ensuite libres de transformer cette quête d’un lieu de rencontre en famille en une course aux lasers, une chasse à la marionnette ou au cracheur de feu, selon les affinités de chacun. Il suffit donc de faire le premier pas.






Nous joindre

Montréal pour Enfants
4141, rue Sherbrooke Ouest bureau 650
Montréal, Québec
H3Z 1B8
Tél.: (514) 931-0522
Téléc.: (514) 637-6341



© 2017 Montreal Pour Enfants Tous droits réservé. Conception web par Vortex Solution.    Plan du site  |   Imprimer
Joignant des milliers de parents à chaque publication, notre magazine est sans rival. Nos 30 000 copies sont distribuées gratuitement dans un grand nombre de garderies, écoles primaires et académies, bibliothèques publiques, centres communautaires, librairies, hôpitaux pour enfants, centres prénatals, boutiques pour enfants, ainsi qu'au Biodôme de Montréal, au Jardin Botanique de Montréal, aux magasins IKEA, Toys "R" us et plus encore. Montréal pour Enfants est un soutien indispensable pour les parents; en leur offrant des articles écrits par des professionnels sur la santé, l'éducation, l'alimentation et le développement de l'enfant, en les informant sur les activités culturelles, sportives et éducatives que Montréal et ses banlieues ont à offrir aux familles. Montréal pour Enfants est une méthode très efficace pour les annonceurs de rejoindre le marché familial de Montréal, Laval et la Rive-Sud.